Temps de lecture > 6 minutes

Depuis 2 ans la concurrence sur internet dans le secteur du e-tourisme s’est vraiment accentuée. Les enjeux financiers sont chaque année plus importants : 17,7 Milliards d’euros € CA (en 2012). Les offres d’experts en référencement fleurissent. Mais un gros tri est absolument nécessaire.

La thématique de cet article est pour moi la conséquence d’une exaspération après plus de 3 ans de travail dans le référencement. Afin d’éviter tout quiproquo, il ne s’agit pas d’un publi-rédactionnel pour mon employeur. Même si je ne cache pas mes origines professionnelles, vous ne trouverez aucun lien vers l’agence, car encore une fois ça n’est pas l’objet du billet et de nombreux confrères proposent un service de qualité.

 

Voici les 10 signaux pour détecter les mauvais prestataires de référencement.

1°) Les offres miracles à 49.99€

Pour le premier piège classique, il va falloir mettre vos lunettes, en bas de page vous lirez (Montant par mois avec engagement de 24 mois, sans garantie de résultats). Un classique de l’arnaque mais qui marche encore très bien pour le web a priori.

Qui peut encore croire qu’on peut devenir n°1 sur le web sur des requêtes concurrentielles et devenir riche en investissant le prix d’un plein d’essence ?

billets 50 euro #11

2°) Les marchands de rêves.

Si on vous dit : « nous vous garantissons la/les 1ère positions dans Google», il n’y a aucun doute : on vous ment ! Personne ne peut prédire le comportement de Google aujourd’hui ou demain. On doit forcément vous parler de la réalité, ça n’est pas un aveu d’impuissance, c’est de l’honnêteté, de la sensibilisation.

3°) On vous parle de visites ou de première place

N’oubliez pas que la finalité du référencement c’est certes d’être visible et de vous apporter du trafic mais le plus important : des visites qualifiées qui transforment ! Définissez avec votre prestataire des indicateurs de performances tels que le CA généré, le temps passé sur le site, le taux de rebond…

4°) Le référenceur rouillé

Google impose des modifications permanentes et même plusieurs par an. Certains « experts » ont tendance et se reposer sur des réussites passées. Difficile de les démasquer sans savoir juger leur travail technique sur le site de leurs clients.

vision-floue-vacances

5°) Manque de clarté et opacité à cause de la complexité du sujet

Oui le référencement est complexe, cependant les bons acteurs du marché sauront vous expliquer le fonctionnement, présenter les nouveautés et autres enjeux.

Les vrais professionnels chercheront à mieux vous connaître et éventuellement que vous lui parliez de vos spécialités métiers, votre philosophie, vos valeurs.

Les gestions opaques et le manque de communications sur le rapport d’activité cache une activité inexistante ou travail qui n’est pas pris en considération. Pire encore les entreprises qui vous refusent ou oublient de vous donner l’accès aux statistiques.

6°) les joueurs de flûte

Dans ce cas de figure votre interlocuteur communique en vous enfumant. Pas de concret, juste un argumentaire commercial, pour vous faire comprendre qu’il faut payer plus cher l’addition.

De temps à autre ils savent demander à leur équipe des audits à charge, non objectifs qui sauront vous faire douter des qualités de votre prestataire actuel. Rappelez vous qu’on fait tout dire à des statistiques, et que sorties de leur contexte (heure de récolte, taille du site concurrent audité, volume de pages, mots clés etc…,) cela ne vaut pas grand chose.

Les chiffres ne mentent pas, mais les chiffreurs oui.

Un audit de référencement pertinent vous proposera toujours des solutions concrètes et FAISABLES. Ce ne sera pas qu’un listing de points noirs.

Un bon référenceur est modeste, la qualité de son travail, son écoute et son relationnel se dégagent naturellement sans avoir besoin de rajouter des médailles, ou des références pipos dans ses dossiers. Méfiez-vous des belles phrases courtes et choc : vous êtes face à des experts de la communication mais pas forcement du référencement.

flute

7°) Les référenceurs, gérants, web designer, concepteur de site, réparateur d’ordinateur, photographe à mi temps

Le métier de référenceur est un métier bien plus diversifié et complexe qu’il n’y paraît.

Les bons consultants seront chef de projet, développeur, rédacteur, marketeur. Méfiez vous des surhomme « touche à tout – expert en rien ».

Les petites structures honnêtes vous expliqueront de manière honnête qu’elles sous-traiteront (attention aux marges supplémentaires appliquées) faute de ressources suffisamment pointues en interne. L’intérêt de travailler dans un pôle référencement est de pouvoir compter sur la spécificité de chacun de ses collègues.

marabout-ordinateur

8°) Des prestataires lointains

Si ces derniers se déplacent c’est une fois dans l’année : 2 semaines avant une (re)signature de contrat. Un partenaire sérieux vous accompagnera tout au long de l’année, plus ou moins fréquemment en fonction de vos besoins et budgets.

9°) Les visions court-termistes

Ces opérations « one shot » chères ou non sont de vraies hérésies.

Certains utilisent des métrologies directement pénalisantes sur le moyen/long-terme (ferme de liens, duplicate content, cloacking, achat de liens) et la c’est l’effet inverse. Vous payez pour qu’on vous sorte de l’index ! Fuyez !

Se positionner vite et facilement voire sans effort, c’est fini. Vos concurrents ne travaillent pas une fois par an. Votre visibilité évolue dans le temps. Vous devrez être constamment au top de vos efforts.

10°) Renseignez-vous

Une méthode simple est de se renseigner auprès de leurs références pour avoir une vision claire de leurs méthodes ou relations clients.

Regardez si l’agence publie sur des blogs, intervient dans des conférences, si les employés sont recommandés sur les réseaux sociaux professionnels du type Linkedin ou Viadeo…

Fuyez aussi les prestataires au passé peu glorieux avec Google… j’ai déjà vu un directeur se laisser convaincre par un prestataire avouant « Je suis tellement doué pour Google que maintenant je suis dans le bac à sable » (terme utilisé pour dire la liste noire de Google).

 

J’espère que vous y voyez un peu plus clair et qu’éventuellement vous allez demander des comptes à vos prestataires.

  • Agence X

    Très bon article. Bravo