Temps de lecture > 5 minutes

Vivre une expérience ! Voilà une thématique qui revient de plus en plus ces derniers temps dans la bouche des touristes à la recherche de destination avec un bon rapport qualité/prix.
Les Greeters et récits de vie locale fleurissent un peu partout sur le net. Rencontre avec 10 things to see, un site web collaboratif et convivial surfant sur ces nouvelles tendances.

1 Pouvez-vous vous présenter ?

Je suis Sébastien GUARDIOLA, co-fondateur et dirigeant de KAPT, une jeune entreprise innovante qui se spécialise depuis bientôt 5 ans sur le secteur du tourisme connecté. Nos clients sont principalement des Offices de Tourisme et des labels touristiques.

En 2013, nous avons démarré la conception et le développement d’une plateforme pour la gestion et la promotion d’une offre touristique sous le nom de code KAPTravel. Nous avons voulu cette plateforme ouverte au plus grand nombre de système d’information touristique, notamment SITRA.

En 2014, nous avons ainsi pu concrétiser une envie : simplifier la recherche de lieux incontournables autour d’une destination. L’idée est de proposer les 10 choses à voir près d’une ville ou de l’endroit où l’on se trouve. Le concept se base sur un principe communautaire qui permet à chacun :

  • de voter afin d’établir le classement des lieux,
  • d’ajouter des photos ou des commentaires,
  • d’ajouter de nouveaux lieux à ne pas manquer (soumis à modération).

Nous avons baptisé le concept : 10 Things To See.com … tout simplement.

2 Pouvez-vous nous indiquer quelques chiffres clés sur l’activité de votre site web (nombre de contributeurs et fiches, nombre de fiches consultées par visites…) ?

Le pré-lancement du service a eu lieu au début de l’été 2014 à travers une communauté d’une centaine d’Early adopters, puis le site web a été mis en ligne officiellement à la rentrée avec un jeu concours récompensant les meilleurs contributeurs.

Nous avons eu, alors jusqu’à 500 visites/ jour pour une moyenne de 3 à 4 pages/visite.
Aujourd’hui, nous recensons environ 10 000 lieux à visiter en France avec une densité importante dans le quart Sud-Est grâce à l’aide de SITRA. La communauté rassemble 200 nouveaux utilisateurs et des centaines de contributions en photos et commentaires.

3 Quels sont vos objectifs ? Comment est née votre plateforme ?

Notre objectif premier est de pouvoir fournir un service de qualité sur l’ensemble du territoire français à l’été 2015, puis de poursuivre son développement dans les pays limitrophes. Pour cela, nous comptons bien évidemment sur les contributions de notre communauté qui grossit mais aussi sur le soutien des grands SIT comme l’a fait SITRA. Nous avons aussi commencé à nous pencher sur les différentes structures OpenData pour l’Europe.
Notre premier « chantier » 2015 concerne les traductions et la gestion d’un contenu multilingue qui doit être modéré …

Le service est né à la confluence d’une réponse à un besoin et d’une expérimentation de nos travaux de Recherche&Développement sur l’interopérabilité de plusieurs système d’information touristique. Cette naissance nous a permis de valider la pertinence de plusieurs algorithmes dont la gestion des doublons, et, de proposer un service simple et pratique pour ne plus passer à côté de lieux incontournables.

4 Quelle est votre politique éditoriale ? Comment sont organisés les rédacteurs chez 10 things to see ?

Il y a donc 2 modes de contribution/rédaction :

  • une synchronisation avec des bases de données qui nous donnent leur aval,
  • une modération de notre part sur les lieux créés via le formulaire d’ajout de « chose à voir ».

La modération est obligatoire car les ajouts sont parfois abusifs, parfois inappropriés. Nous essayons de maintenir une modération rapide (24 à 48 heures) pour ne pas décourager notre communauté. Nous avons déjà bloqué de très nombreux commentaires proches du ‘SPAM’ et des lieux de type ‘commerces’ ou ‘hébergements’.

Nous espérons plus de contributions via des systèmes d’information touristique et ainsi accentuer l’aspect communautaire sur les votes, les photos et les commentaires.

5 Les institutionnels du tourisme participent-ils à la rédaction ? Quels rôles jouent-ils (vecteurs de diffusion, de communication, d’informations…) ?

Pour l’instant, nous devons surtout remercier SITRA et quelques acteurs qui ont contribué pour une dizaine de lieux à visiter sur leur territoire. Mais nous devrions recenser d’autres SIT dès le début 2015.
Nous espérons bien sûr plus de relais de promotion du service ;-).

6 Comment assurez-vous la promotion de votre plateforme ? Sur quels espaces êtes-vous présent ? Avez-vous mis en place des opérations spéciales pour le lancement de votre activité, pour amplifier la portée de vos offres,…?

La promotion du service est jusque là assurée avec un budget limité. L’idée est aussi de nous mettre dans la peau de nos clients et de mettre en pratique nos recommandations. Comme indiqué plus haut, nous nous sommes appuyé sur un jeu concours pour le lancement officiel du site web puis des applications mobiles sur l’AppStore puis le PlayStore.

Le fait d’être présent sur Android et iOS nous apporte déjà plus de trafic que le site web pourtant responsive. C’est un constat important car il valide notre pari d’un besoin de transversalité géographique pour les voyageurs.

Bien sûr, nous sommes présents sur les principaux réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Google+) que nous gérons, comme nous le préconisons à nos clients, via HootSuite.

Enfin, pour dynamiser le lancement officiel, nous avons aussi eu recours à une campagne Adwords ciblée.

7 Quels sont vos projets pour la suite ? Vos perspectives de développement ?

Nos perspectives vont s’articuler autour d’une offre se positionnant en alternative aux principaux services hégémoniques. En 2015, deux fonctionnalités importantes apparaissent sur KAPTravel : la réservation en ligne et une CRM adapté au secteur du tourisme.

Nous proposerons alors une solution complète aux acteurs institutionnels pour gérer, promouvoir et vendre une offre touristique.

Enfin, nous proposerons aussi à nos clients une synchronisation vers notre service OuDormir afin de fournir plus de visibilité à leurs adhérents. OuDormir.mobi ainsi que les applications mobiles sont en cours de refonte pour une livraison prévue au printemps.